Le Gîte Sainte-Hortense. Rochefort en Terre.
         Le Gîte Sainte-Hortense. Rochefort en Terre.

Histoire de la Villa Sainte-Hortense

Cette propriété appartenait à l'origine Louise Mougeat. Riche héritière issue d’une famille du Finistère, elle avait découvert le site exceptionnel de Rochefort par son amie et parente éloignée, Marie Maitrot de Varennes, qui y habitait. C’est ce qui la décida, en 1898, à acquérir un terrain dans notre petite cité, pour y construire cette maison.

La demeure, qui est l’œuvre de l’architecte vannetais Caubert de Cléry, fut achevée en 1902, ainsi que les écuries et le parc qui l’entoure.
 

Louise Mougeat, orpheline très jeune, avait été élevée par son oncle et sa tante, Léon et Hortense Bouchant, d’où le nom de la maison.

Mêlant classicisme et modernité, cette imposante, mais élégante demeure est typique de l’architecture de ces grandes villas construites à la fin du XIXe et au début du XXe siècle par une bourgoisie aisée dans de nombreux lieux de villégiatures.
 

S’élevant sur quatre niveaux, le corps principal du bâtiment est flanqué d’une tourelle hexagonale abritant un vaste escalier en bois. Le premier niveau, en demi sous-sol, abrite les pièces de service. Le deuxième niveau les pièces de réception. Les troisième et quatrième niveaux les chambres, sept au total de taille variable, dont une au dernier étage, agrémentée d’une terrasse en granit donnant sur le parc.
 

Dès son origine, la villa Sainte-Hortense était dotée d’un système d’eau courante et d’un chauffage central à air chaud : c’était, à cette époque, la seule maison de Rochefort à disposer d’un tel modernisme. Quelques années plus tard, un ascenseur fut même installé au centre de la cage d’escalier ! Mais cet équipement, malheureusement peu esthétique et qui n’était plus en état de fonctionnement, a été démonté par les actuels propriétaires qui ont préféré rendre à la belle et vaste cage d’escalier son aspect d’origine. Précisons, pour terminer sur ce volet avant-gardiste, que Louise Mougeat posséda une « voiture automobile » avant la première guerre mondiale.


Cette maison est aujourd’hui habitée à l’année par les propriétaires.

Les anciennes écuries

Dépendance de la Villa Sainte-Hortense, les écuries datent de la même époque. Cette belle construction de pierre à façade en granit taillé évoque étrangement, grâce à son toit débordant et sa frise en faïence, l’architecture asiatique.
 

D’une superficie au sol de 75 mètres carrés, le bâtiment comprend deux niveaux : le premier, fermé par deux grands portails de bois, abritait d’un côté les boxes à chevaux, et de l’autre le garage des carrioles. Le second était un vaste grenier auquel on accédait par un étroit escalier intérieur.

 

C’est en 2004 que les propriétaires ont entrepris la réhabilitation de ces lieux. Au premier niveau, dans les box des écuries, est installée une librairie tenue par les propriétaires. De l’autre côté, le deuxième niveau dispose d’un accès direct et de plain-pied sur le parc : c’est là qu’est aménagé le gîte Sainte-Hortense.

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Thierry et Ghislaine LIMON DUPARCMEUR